LYCEE AGRICOLE LA BAROTTE -
HAUTE CÔTE-D'OR   CHATILLON SUR SEINE

PALFRENIER

 

Définition de l'emploi/métier :

Si le palefrenier sort le cheval à la main ou à la longe pour le détendre après l'entraînement, il ne le monte que très rarement. Chaque soigneur d'équidés (autre nom du palefrenier) s'occupe de dix à douze chevaux d'élevage ou de sport. Il assure les soins des animaux (nourriture, brossage, pansage...), surveille leur état de santé, repère tout comportement anormal (nervosité, blessure...) et doit réagir rapidement en cas d'urgence. Tout en appliquant le plan de travail des chevaux, il enregistre les données techniques relatives à l'élevage.

Le palefrenier passe plus de la moitié de son temps à entretenir les boxes (paillage, litière...), les aires de travail des chevaux et les installations. Il prend également soin du matériel (harnais, selles).

Il peut participer à la maintenance générale du centre équestre, tailler les haies, faire les foins, conduire le tracteur ou peindre les clôtures. Enfin, si le centre propose des randonnées, il renseigne le public sur les animaux et sur les activités proposées.

 

Conditions générales d'exercice de l'emploi/métier :

Membre d'une petite équipe, le palefrenier organise son travail assez librement. Mais il a des contraintes, notamment horaires. Il commence tôt sa journée, généralement autour de 6 heures du matin, et peut être amené à la prolonger jusqu'en soirée.

Vivant au rythme du cheval et de ses besoins, le palefrenier ne connaît ni dimanche ni jour férié. Et, qu'il vente ou qu'il neige, il travaille dans des écuries non chauffées ou à l'extérieur.

Ce professionnel travaille dans les haras et les exploitations d'élevage de chevaux, dans les centres équestres ou dans les centres d'entraînement de chevaux de course. Il doit rendre compte de ses observations concernant les chevaux ou les installations à ses responsables.

 

Formation et expérience :

Le BEPA activités hippiques ou le bac pro conduite et gestion de l'exploitation agricole option Elevage et valorisation du cheval permet d'accéder à des emplois d'aide palefrenier, puis de palefrenier.

D'une durée de deux ans pour le BEPA voir en3 ou 4 ans suivant le parcours pour le Bac Pro sa préparation s'adresse aux jeunes qui ont, de préférence, pratiqué l'équitation. Le diplôme est accessible après la 3e. Il se prépare au Lycée agricole de Semur-Châtillon , en formation initiale.

 

Activités spécifiques :

Passionné par l'univers équestre, le palefrenier connaît le tempérament des chevaux, décrypte leur comportement et leurs réactions. En général, il a des bases d'équitation et possède de préférence un brevet de la Fédération française d'équitation.

Robuste (pour porter les sacs de fourrage et les seaux), soucieux de la propreté et méticuleux, il doit aussi être résistant, car les journées sont longues et fatigantes. À noter : 40% environ des palefreniers sont des femmes.

Le soigneur doit pouvoir s'improviser bricoleur : avoir des rudiments de mécanique (pour réparer un tracteur en panne), de maréchalerie (pour déferrer un cheval, remettre un clou), mais aussi d'électricité, de maçonnerie et de menuiserie (pour l'entretien des écuries) se révèle indispensable.

Dans les centres de tourisme équestre et les poneys-clubs, avoir le sens du contact constitue un plus. Enfin, posséder le permis poids lourd est recommandé afin de pouvoir accompagner les chevaux sur les terrains de compétition.

 

Lieu d'exercice de l'activité :

L'univers du cheval recrute souvent par cooptation. Les jeunes peuvent décrocher un emploi salarié dans les haras, les centres ou les fermes équestres, les écoles de dressage et les associations de propriétaires. Les Débouchés se situent essentiellement dans la filière élevage et dans le tourisme équestre.

Vivre du métier de palefrenier est peu fréquent. L'activité est saisonnière (liée aux périodes touristiques) et occasionnelle. Ceux qui ont plus de trois ans d'ancienneté au sein d'un même poste sont rares.